LES CENTRALES THERMIQUES

A la fin de la 1ère guerre mondiale la demande en électricité devient pressante. Le ministère de l’armement demande aux mines de construire une centrale thermique sur l’emplacement de l’ancien puits Saint-Thomas.

Six groupes électrogènes sont construits entre 1922 et 1932.

Une grande quantité d’eau était nécessaire pour refroidir les condensateurs et faire de la vapeur. Cette centrale a fonctionnée à plein régime pendant des années mais il a fallu penser à en construire d’autres son rendement étant insuffisant pour fournir en électricité les aciéries de Firminy et les sites d’exploitations de Roche-la-Molière.

 Centrale de Bec

En 1947, la construction de la nouvelle centrale du Bec débute. Les fonds du plan Marchal permettent son extension rapide :  quatre groupes électrogènes sont mis en service en 1950, 1954 et 1960.

Pendant ses trente-sept années de fonctionnement, la centrale du Bec a produit 17,5 milliards de KWh et consommé pour cela 11,5 millions de tonnes de charbon. De nos jours, rien ne subsiste de cette centrale qui arrosa de poussière la vallée de l’Ondaine.

 

Extrait du bulletin N°57

La centrale Saint-Thomas

Construction d'un réfrigérant

Démolition d'un réfrigérant

Centrale du Bec avant la fin de sa réalisation

×