LES RIVIERES

 

 Trois rivières traversent la ville du Chambon-Feugerolles :

L’Ondaine : reçoit le Cotatay à Pontcharra et le Valchérie au Moulin.

L’utilisation de l’énergie hydraulique remonte à des temps très anciens. De la force vive des cours d’eau, les hommes firent une force motrice en implantant de nombreux biefs. L’eau entrainait des roues hydrauliques qui actionnaient martinets, souffleries et meules.

Ces rivières au débit torrentueux descendent du massif du Pilat alternant crues et basses eaux. Leurs variations étaient souvent catastrophiques : périodes de chômage, installations hydrauliques emportées, maisons détruites , chaussées et ponts engloutis….

 Ces problèmes de débit devinrent particulièrement préoccupants avec l’essor industriel du XIX ème siècle.

 Au début du XIXème  siècle on dénombrait le long de  l’Ondaine et de ses affluents une vingtaine d’ateliers dont les martinets étiraient et platinaient des lopins de fer, qui, aiguisés, devenaient lames de couteaux et outils tranchants : machettes, socs de charrue, faux

. Les pionniers de l’acier s’installèrent au Chambon :

- Vers 1825 les cousins Holtzer créèrent la première aciérie de la Loire sur le Cotatay là où le sieur Jourjon avait étiré les fils les plus fins du royaume et fabriqué des aiguilles dans  sa manufacture royale en1773...

- En 1815 l’ingénieur anglais James Jackson fabriqua de l’acier fondu au creuset et forgea des limes à Trablaine.

- Clément Palle avait déjà étiré du fer à la Fenderie Neuve en aval de l’ancienne fenderie de Chaponot. Jacques Claudinon y installera  ses usines en 1852

 

Cotatay et Ondaine à Pontcharra

Entrée d'un bief à Cotatay

Le Valcherie

L'Ondaine aux Platanes

La roue à aube

Confluent de l'Ondaine et du Cotatay

×